Archives du blog

Kévin Fouache n’a pas perdu de temps

Kévin F 2

Sur piste ou sur route, le coureur de 27 ans est en grande forme depuis le début de saison. Le résultat d’une collaboration efficace avec Didier Crochet, entraîneur à l’Académie.

Sous ses nouvelles couleurs de Creuse Oxygène, Kévin Fouache n’a pas traîné pour voir son nom s’inscrire dans le haut des classements. Deux fois sur le podium de manches des Plages Vendéennes, il a terminé à la troisième place du classement général. Á son actif aussi en début de saison, une neuvième place à la Flèche de Locminé, une septième au Grand Prix de Louisfert et un nouveau podium sur La Suisse vendéenne, derrière deux Vendée U (Loïc Bouchereau et Taruia Krainer). « Il a été présent dans toutes les courses qu’il a disputées », se réjouit son entraîneur au sein de l’Académie du cyclisme et de l’entraînement, Didier Crochet. Kévin Fouache, lui, savoure. « Je suis super content. Depuis le début de ma carrière, j’avais rarement eu autant de résultats en début de saison. Il me manque juste une victoire sur route. Habituellement, je suis plus un homme de juillet, août, septembre. J’espère que je le serais aussi quand même. »

Pour Kévin Fouache, déjà vainqueur, par ailleurs, cette saison, de trois épreuves sur piste : l’omnium de La-Roche-sur-Yon, la course aux points et l’élimination lors de la première manche du challenge régional, tous les voyants sont donc au vert. Sa déception ne pas avoir été conservé par l’UC Nantes a vite été digérée. « Je crois que ça lui a fait du bien mentalement de partir, explique son entraîneur. Avec l’UC Nantes, en DN1, il courrait pour les autres. Maintenant, il a des responsabilités, il est presque passé d’un statut d’équipier à un de leader. » L’intéressé est du même avis. « Je ne regrette pas mon choix. Ici, j’ai des libertés alors qu’à Nantes, je m’occupais plus du collectif que de moi. »

Ses qualités de coureur complet (« je suis moyen nulle part et très bon nulle part ») devraient lui permettre de briller de nouveau d’ici la fin de saison. « Je prends les courses comme elles viennent, sans objectif précis, précise le coureur de Creuse Oxygène. Les manches de coupe de France DN2 seront importantes mais j’aimerais aussi marcher aux championnats de France piste, aux France de chrono et à ceux de demi-fond ou j’essayerai d’être sélectionné pour les championnats d’Europe. » Le tout grâce à ses qualités et au travail de son entraîneur, Didier Crochet. « Il me suit depuis la fin de saison 2014. Grâce à lui et l’Académie, j’ai passé un cap au niveau de l’entraînement, le suivi est différent, c’est plus professionnel. On a de vrais échanges, des remises en causes constructives qui permettent de progresser. Depuis une saison, je suis passé du ventre mou amateur à un peu mieux. Ce n’est pas anodin… »

Publicités