Archives du blog

Les deux casquettes de Sébastien Grédy

Le directeur sportif du SCO Dijon a rejoint l’association après avoir passé son DEJEPS CT d’entraîneur à Poitiers.

C’est une condition « sine qua non » imposée par la fédération : pour exercer en tant que directeur sportif (DS) en DN1, le brevet d’Etat d’entraîneur de cyclisme traditionnel est obligatoire. Sébastien Grédy n’a donc pas vraiment eu le choix. « Je ne vois pas bien le rapport entre le DE et le fait d’être DS, concède l’ancien coureur. Les deux choses n’ont pourtant pas grand-chose à voir. » Qu’importe, Sébastien a pu mettre à profit cette opportunité pour élargir sa palette de compétences. « En parallèle de mon rôle de DS, j’entraîne deux de mes coureurs du SCO. » Preuve qu’il apprécie aussi sa nouvelle casquette. « Quand j’étais coureur, je m’intéressais pas mal à l’entraînement. Et puis j’ai eu Julien Pinot (coach de la fdj.fr) comme entraîneur. Il m’a présenté son approche plus scientifique. »

L’ACE lui permet d’ouvrir ses horizons. « J’ai rejoint l’association comme deux amis, Rémy Deutsch et Xavier Pérez. Rémy a une vision assez scientifique également. Avec l’ACE, et notamment Fabien, l’approche est complètement différente, la préparation passe par la pratique de plusieurs sports. C’est important de prendre en compte les expériences de tout le monde. Dans ce secteur, rien n’est jamais figé. »

Bien occupé par ses responsabilités de DS dans un club de DN1 et habitant Grenoble, Sébastien est obligé de travailler un peu à distance de ses deux protégés. Même s’il les voit en course le week-end. « Je ne peux pas faire comme Fabien, qui est vraiment proche de ses coureurs, va rouler avec eux. Ce n’est pas le même travail, je n’ai pas leur ressenti en direct. Mais je les vois évoluer. »

Désormais entraîneur et DS, Sébastien Grédy ne regrette pas son passage par Poitiers et les contacts avec ses différents collègues. « ça m’a apporté plein de choses », concède-t-il. A tel point qu’il entend bien conserver ses deux activités. « On est deux DS, ça me laisse un peu de temps pour entraîner… »

sebastien-gredy-espere-que-les-coureurs-dijonnais-passeront-un-nouveau-cap-photo-jerome-roblot

Propos recueillis par Vivien Leroux

Publicités

Jour de victoires pour l’Académie

Thibault Ferrasse, vainqueur à Ancenis, et Vincent Barbot, lauréat pour la première fois de sa carrière à Juigné-les-Moutiers, ont offert deux nouveaux bouquets à l’Académie du Cyclisme et de l’Entraînement.

Ce mercredi 8 mai 2013 sera à marquer d’une pierre blanche pour l’ACE. En l’espace de quelques dizaines de minutes, Thibault Ferrasse (UC Nantes Atlantique) et Vincent Barbeau ont remporté leur première course de la saison. Pour le coureur du Nantes Doulon Vélo Sport, il s’agit même du premier succès de sa carrière. « Ca fait super plaisir, jubilait-t-il, quelques heures après avoir franchi la ligne en levant les bras. Cela faisait plusieurs courses que je tournais autour de la victoire et elle arrive enfin. C’est une petite revanche par rapport aux départementaux de la semaine dernière ou je n’avais pas réussi à me qualifier pour les championnats régionaux. J’espère que ça va me débloquer pour la suite. » Ce premier bouquet, son entraîneur Patrice Cossard l’avait presque vu venir. « J’avais un pressentiment, je sentais qu’il allait en cogner une bientôt. Je suis vraiment content car ça fait longtemps qu’il attendait sa première victoire. J’espère que ça va lui servir de déclic. Maintenant, il sait qu’il est capable de gagner. »
Pour s’imposer à Juigné-les-Moutiers, une course de troisième catégorie, Vincent a joué une partition parfaite. « On est parti à onze rapidement, on n’a jamais été rejoint et à deux kilomètres de l’arrivée, je suis parti avec un autre coureur que j’ai battu au sprint. »

Thibault Ferrasse a lui eu plus de temps pour savourer sa victoire. Vainqueur en solitaire après avoir figuré dans une première échappée de seize coureurs, puis dans un groupe de quatre rescapés, il se félicitait lui aussi de son premier succès de la saison. « C’est une grosse satisfaction surtout que je suis à deux semaines du Tour de Corse qui est mon objectif du début de saison. C’est super et ça prouve que l’on travaille bien avec mon entraîneur. » Didier Crochet, l’entraîneur en question, savourait également une victoire qui arrive quelques jours après celle d’un autre de ses coureurs, Florent Guilbaud. « C’est une très bonne chose mais je suis un peu surpris car Thibault sortait d’une grosse semaine d’entraînement. Je ne pensais pas qu’il aurait été en forme si tôt. Ça montre qu’il encaisse bien les grosses charges d’entraînement, c’est positif. » Deuxième à Avessac récemment et quatrième d’étape du relevé Tour des Mauges dimanche, Thibault Ferrasse tournait autour d’une victoire depuis quelques semaines. « Il sentait que ça venait, il fallait juste qu’il soit patient, confirme Didier. Ca a souri pour lui, c’est super. Le travail paye et c’est une très bonne chose en vue du Tour de Corse où le podium sera largement jouable pour lui. »

Vincent gagne

 

Propos recueillis par Guillaume Leroux