Archives du blog

Ronan Garces : « gagner enfin une course »

Pour sa seconde année chez les Juniors, le coureur de Saint-Brévin aimerait enfin lever les bras. Pour cela, il prend déjà de la caisse sur des épreuves nationales.

Cet hiver, Ronan Garces a franchi un palier. Il a quitté le VC Pornichet pour intégrer l’équipe junior de l’AC Brévinois. « Je voulais faire des courses nationales et avoir une équipe, explique-t-il. Pour le moment, ça se passe super bien, on est une bande de copains, on s’entend bien et les résultats suivent avec quatre victoires en mars, dont trois pour Maël Guégan. »

Pour le moment, Ronan n’a pas trouvé l’ouverture. Mais il montre le maillot. « Il a été actif sur des courses comme la Ronde du Printemps ou la Bobet qu’il découvrait« , se félicite son entraîneur au sein de l’Académie du cyclisme et de l’entraînement, Corentin Thibaud. Des courses nationales que le coureur de l’AC Brévinois n’a pas oubliées. « Je ne me rappelle plus de mes places mais j’adore ces courses. Ce sont des courses plus intenses avec un rythme plus élevé mais j’adore l’ambiance, le public, les motos et les voitures qui suivent. »

Ronan, qui vit à Saint-André-des-Eaux (44) est lycéen à Saint-Nazaire. Il passera, en juin, son Bac S. Dans les semaines à venir, le cyclisme ne devrait donc pas être sa priorité. « Au niveau de l’entraînement, c’est un petit peu plus tranquille en ce moment, confirme son entraîneur. On n’a pas encore défini d’objectifs de résultats avec lui, l’important est qu’il sente qu’il progresse. »

En pleine révision, Ronan s’octroiera tout de même quelques jours de break à la fin du mois pour disputer le Tour de l’Eure avec son équipe de l’AC Brévinois. « Je vais disputer un contre la montre par équipes pour la première fois de ma carrière, s’enthousiasme-t-il. « C’est un truc de fou, je vais modifier mon vélo avec des prolongateurs et des roues spécifiques pour l’occasion. » Relevée, cette épreuve ne lui permettra vraisemblablement pas de s’imposer mais lever les bras reste son objectif de la saison. « L’an passé, je reste sur une saison blanche avec seulement trois places de deuxième et une de troisième, note-t-il. Cette saison, je n’ai pas d’objectifs précis si ce n’est celui de gagner enfin une course mais le passage entre Cadets et Juniors n’est pas facile. On verra. » Voilà pour les objectifs sportifs. Car en 2016, l’objectif numéro un est d’obtenir son baccalauréat. Pour se diriger ensuite vers des études de mécanique. De mécanique oui, mais de mécanique cycliste. Avec Ronan Garces, le vélo n’est jamais bien loin.

Ronan

L’adaptation parfaite d’Axel Journiaux

Vainqueur fin mars des Boucles Guégonnaises et deuxième d’une manche des Plages Vendéennes, Alex Journiaux découvre la DN1 avec un appétit d’ogre.

Fraîchement débarqué au sein d’une des meilleures formations françaises, Axel Journiaux n’aura pas mis longtemps à se faire remarquer. Présent dans la bordure mémorable du team Vendée U lors d’une des premières manches des Plages Vendéennes, il avait ce jour-là pris la deuxième place. Une course avec les blancs et rouges et déjà un podium, l’ancien coureur du Team Pays de Dinan pouvait difficilement rêver meilleure adaptation. Quelques semaines après, et en solitaire, il s’imposait sur les Boucles Guégonnaises. « Ce jour-là, tous les feux étaient au vert, se souvient-il. Je ne pensais pas être en forme si tôt. Nous devions participer au Tour de Bretagne (25 avril – 1er mai) mais n’avons finalement pas été invités donc je n’avais pas eu le temps de bien préparer les classiques bretonnes. » C’est donc avec une préparation tronquée qu’il est venu dans le Morbihan s’offrir sa deuxième victoire en Elite nationale, quelques mois après une étape du Tour des Deux-Sévres.

« On ne s’y attendait pas du tout car Axel sortait d’une grosse semaine d’entraînement, confirme son entraîneur au sein de l’Académie du cyclisme et de l’entraînement, Corentin Thibaud. C’est une période qui lui réussit bien puisque l’année dernière, il avait, début avril, remporté deux courses et pris la deuxième place du Circuit du Méné. »
Peu importe le maillot qu’il porte, Axel Journiaux est donc un homme du printemps. Et même s’il a dû, à regret, faire une croix sur le Tour de Bretagne, les objectifs pour la suite de la saison ne manquent pas. « En ce moment, on prépare Liège Bastogne Liège espoirs qui aura lieu le 16 avril, précise son entraîneur. C’est une course qu’il n’a jamais disputé et où il voudra se montrer le plus performant possible. » Le premier concerné ne dément pas même s’il admet que l’épreuve belge n’est pas « l’objectif suprême. Je vais découvrir mais je pense que ce peut être un terrain à ma convenance, j’espère prendre le départ avec la meilleure condition possible. »

Viendra ensuite l’été où Axel, étudiant en deuxième année de Staps à Angers, ne manquera, là encore, pas d’objectifs pour briller sous ses nouvelles couleurs, lui qui s’était imposé à trois reprises la saison passée. « J’ai été très bien accueilli à Vendée U, se réjouit-il. J’étais très bien à Dinan mais j’avais besoin de découvrir autre chose, des courses plus relevées, c’était la suite logique à donner à ma carrière. » Une carrière linéaire qui pourrait le mener, qui sait, vers une structure professionnelle, comme tant d’autres anciens coureurs du Vendée U, à commencer par Bryan Coquard. Ou comme Thibaut Ferrasse (Armée de terre), lui aussi membre de l’Académie.

 

Axel JourniauxAxel en reconnaissance de Liège Bastogne Liège Espoirs. 

Corentin Thibaud passe de l’autre côté

Coureur en 1ere catégorie cette saison, Corentin Thibaud va entamer dans quelques jours la formation du DEJEPS Cyclisme Traditionnel à Poitiers pour devenir entraîneur.

Il avait déjà tenté sa chance l’année dernière. « En sortant du bac, je voulais faire cette formation. » Mais le jury lui avait dit de repasser après avoir pris un peu de bouteille. Un an après, Corentin Thibaud a retenté sa chance. Et cette fois, il a été retenu. Il fera donc partie de la promotion 2014-2015 de cet formation d’Etat.

« J’ai toujours voulu faire ça, explique celui qui est aussi coureur au PO Côte de Lumière. Depuis tout petit, je suis passionné par l’entraînement. » Ces derniers-mois, alors qu’il venait de passer en 1ere catégorie après un titre de champion de Vendée de 2ème catégorie en 2013, Corentin a commencé à entraîner deux jeunes juniors de son club et quelques minimes. « J’ai eu du temps car je n’ai couru que jusqu’au Tour de la Manche. J’ai dû abandonner à cause d’un problème au genou et à l’artère. J’avais tout le temps mal et ne pouvais pas rouler plus de 10 heures par semaine. En première catégorie, c’est impossible. » Depuis, Corentin n’a pas repris la compétition et repassera en 2ème catégorie la saison prochaine.  « C’est frustrant de se sentir en forme et d’avoir des limites physiques mais je veux continuer à courir quand je le pourrais. »

En attendant, le protégé de Fabien Aoustin prépare sa rentrée, où il retrouvera son entraîneur en tant que formateur. « On a la même vision, plus ou moins les mêmes idées. J’aime faire autre chose que du vélo, avec la marche, la natation,… » Pour lui, « on est sportif avant d’être cycliste ». Toute la saison, il sera en alternance au sein de son club avec les juniors. « C’est vraiment l’entraînement qui m’intéresse. Directeur sportif, j’aimerais essayer mais ça m’attire moins. » L’approche collaborative de l’association est ainsi primordiale pour un coach en herbe.  « Pouvoir discuter, échanger, c’est vraiment intéressant. »

coco1

 

Propos recueillis pas Vivien LEROUX

Corentin Thibaud : objectif atteint mais veut mieux faire !

A l’heure de dresser le bilan de sa saison 2013, Corentin Thibaud ne sait pas trop quoi penser. «Satisfait» d’avoir rempli son objectif de passer en 1er catégorie, le jeune coureur (19 ans) du POC Côte de Lumière aurait aussi aimé obtenir plus de résultats. «ça fait très plaisir de passer en 1er catégorie mais je ne pensais pas que la marche serait aussi haute».

Champion de Vendée de 2e catégorie au printemps, il a pu découvrir quelques belles courses pour sa première année chez les espoirs. Notamment au contact de son coéquipier Freddy Bichot, ancien pro (Agritubel, Bouygues, etc), champion de France amateur et coureur expérimenté (34 ans).  « Freddy nous a bien guidés cette année, explique Corentin. Il y a aussi un nouveau directeur sportif, ça relance la dynamique. » Car en club, la saison du POCCL reste un peu décevante. « On n’a pas pu se qualifier pour la finale de la Coupe de France de DN 3 donc ce sera vraiment un objectif l’an prochain. » A titre individuel, Corentin entend « rester en première catégorie et pouvoir être acteur sur les courses ».

Pour cela, il continue le travail avec son entraîneur (Fabien Aoustin) avec qui il collabore depuis le milieu de saison 2013. Une préparation complète: natation, musculation, marche nordique, « monter d’escalier » et quelques sorties de vélo dans un premier temps. Avant, peut-être de participer à quelques cyclo cross. « Je n’en ai jamais trop fait mais je vais peut-être m’y mettre. Mais je n’aurais aucun objectif de résultat».

Pour Corentin, 2014 se prépare maintenant !

Image

Propos recueillies par Vivien LEROUX 

Corentin Thibaud veut passer la première

Champion de Vendée de deuxième catégorie pour sa première année chez les Espoirs, le coureur du POC aimerait monter d’un niveau la saison prochaine.

C’est une histoire d’académistes. Le 28 avril dernier, Corentin Thibaud s’adjuge en solitaire le championnat de Vendée des coureurs de deuxième catégorie. Ce jour-là, Didier Crochet, entraîneur à l’Académie du Cyclisme et de l’Entraînement, avait joué les équipiers de luxe pour son jeune leader (19 ans). A cette époque, Corentin, qui s’apprête à quitter le pôle Espoirs de la Roche-sur-Yon, ses structures, ses entraînements collectifs et ses horaires aménagées, cherche un entraîneur. Didier Crochet lui suggère alors le nom de Fabien Aoustin, un autre coach de l’ACE.
Les deux hommes se connaissent. Fabien était directeur sportif du Sablé Sportif Cyclisme (DN2) en 2012 lorsque Corentin portait le maillot de la prometteuse formation juniors du club sarthois.

Voilà un mois maintenant que les deux hommes collaborent. Et Fabien ne manque pas de travail selon les dires de Corentin. « Il me manque de la puissance donc on insiste sur le seuil et l’endurance de forces. »
Pas question pour le duo de se projeter sur l’année prochaine. Il y a d’abord une saison à terminer. Et à réussir. « C’est vrai que pour le moment, je ne suis pas trop satisfait de ma saison. J’ai certes remporté une course, et une belle course, mais je m’attendais à mieux », reconnaît le coureur du POC Côte de Lumière.

S’il tourne autour de son deuxième succès de l’année depuis quelques semaines, il s’estime deçu de ne pas avoir permis à son équipe de se qualifier pour la finale de la coupe de France DN3 (les 16 premiers y participent et le POC termine 19e).
Briller sur ces épreuves relevées étaient un objectif. Passer en première catégorie en était un autre. Il ne lui manque que quelques places d’honneur pour y parvenir. « J’espère être en forme sur les 2 jours de Machecoul et au Challenge des Mauges« , confie-t-il.

D’ici la fin de saison, Corentin aura probablement accumulé assez de points pour évoluer en 2014 parmi l’élite. Coureur polyvalent, grimpeur honnête et bon rouleur (il a remporté la saison dernière le titre de champion régional juniors du contre-la-montre par équipes avec Thomas Bourreau et Vadim Deslandes du Sablé Sarthe Cyclisme), il reste à 19 ans un espoir du cyclisme régional.
Avec l’aide de Fabien Aoustin et de l’ACE, il espère le prouver en 2014. Après avoir obtenu son bac froid et climatisation en juin, il va consacrer plus de temps au cyclisme dans les mois à venir. Après une année d’apprentissage chez les Espoirs, il se sait attendu et entend confirmer les promesses placées en lui.

corentin T

 

Propos recueillis par Guillaume Leroux

Second regroupement pour deux coureurs de l’ACE :

Corentin et Jean, deux nouveaux adhérents de l’association se sont retrouvés cette semaine chez Fabien, leur entraîneur. Au programme : entraînement spécifique derrière scooter, débat sur les choix de planification d’entraînement pour la fin de saison, natation, et détente.

Retour en images sur ces deux jours :

scoter 2

scooter

Comme il y a quelques semaines, la séance derrière scooter était la plus importante de ce regroupement. Après un échauffement en conséquence, Corentin et Jean ont réalisés une sortie avec comme thématique le « sprint lancé ». Le scooter a permis à Fabien d’être au contact de ses coureurs durant ces sprints et donc d’observer au plus près leurs comportements.

jeux

Suite à une grosse première journée d’entraînement avec une heure de natation et trois heures de vélo, athlètes et entraîneur se sont retrouvés après le repas autour du jeu de société : le DIXIT. Un bon moyen de continuer à découvrir les logiques de chacun !

natation

Les trois jeunes hommes sont retournés le second matin à la piscine. A noter que Jean a continué à perfectionner sa technique de crawl, Fabien est satisfait de ses progrès et espère ainsi pouvoir utiliser la natation dans le cadre de sa préparation physique, notamment cet hiver.  Peu habitué des bassins, Corentin a encore des progrès à faire, mais il est sur la bonne voie.

rillette stage

Avec la présence de Jean sur les regroupements, plus un repas ne peut se faire sans une petite dégustation des délicieux produits des « délices de l’arceau ». Avec ces rillettes de canards, le plaisir est au rendez-vous, mais à consommer avec modération pour nous sportifs !

déblocage

La dernière sortie de deux heures était consacrée à un rappel d’exercice de seuil que les deux athlètes exécutent depuis plusieurs semaines. Mais aussi à une série de sprint de « déblocage » en vue des courses du weekend.

Fin de stage

Corentin, Jean et Fabien sont rentrés tranquillement de cette dernière sortie, content des deux jours constructifs passés ensemble.

%d blogueurs aiment cette page :