Archives du blog

L’heure de la confirmation sonne pour Axel Audebrand

Après deux saisons difficiles chez les Juniors, Axel Audebrand, vainqueur ce week-end en Vendée, veut confirmer les espoirs placés en lui lorsqu’il brillait chez les Cadets.

Il y a un petit peu plus de deux ans, Axel Audebrand était un des coureurs les plus prometteurs de sa génération. Vainqueur du réputé Trophée Madiot, sixième du championnat de France cadet, il avait l’étoffe d’un très grand. Mais les deux années qui suivirent furent plus compliquées pour lui. « En minimes et cadets, je gagnais quasiment tous les week-ends, je trouvais ça facile, confirme le coureur du POC Côte de Lumière. Mais une fois en juniors, je n’ai pas trop marché, j’ai gagné une course en J1 mais aucune en J2. Peut-être était-ce un manque de confiance ou de force, je ne sais pas. Au début, ça m’avait un peu démoralisé mais c’est juste qu’il fallait plus travailler. » Du coup, sa victoire en solitaire dimanche aux Herbiers dans une 2,3,J l’a comblé de bonheur. « Ça fait plaisir car ça faisait presque deux ans que je n’avais pas gagné. C’était une course de 100 km, bien moins longue que celles auxquelles je participe d’habitude. J’ai été devant toute la course, j’ai gagné les points chauds et dans la dernière bosse, j’ai attaqué pour finir tout seul. J’ai vraiment fini à fond. »

Avec cette victoire, le voilà récompensé de son travail hivernal. Pour renouer enfin avec le succès, l’étudiant en BTS Management des unités commerciales avait mis les bouchées doubles à l’entraînement. « J’ai fait pas mal de piscine et un peu moins de vélo, explique-t-il. J’arrive chez les Espoirs, j’ai besoin de prendre de la caisse. » Sa découverte des courses élites ne fut pas d’ailleurs pas qu’une partie de plaisir. « J’ai eu, c’est vrai, un peu de mal sur les trois ou quatre premières courses de la saison. Le rythme de courses n’est pas le même qu’en juniors, ça va beaucoup plus vite et le niveau est plus relevé. C’est beaucoup plus dur de faire des places d’honneur. » Il ne s’en était pour autant pas trop mal sorti pour un néophyte des courses de ce niveau avec une 17ème à la Suisse vendéenne ou une 25ème place à Redon-Redon.

Et si Axel découvre de nouvelles courses cette saison, ce n’est pas la seule nouveauté. Il s’est également entouré d’un nouvel entraîneur : Didier Crochet. « Je le connais depuis qu’il est minime, précise l’intéressé. Il n’avait plus d’entraîneur, il m’a demandé et ça m’a intéressé. » Car durant ces deux années de Juniors, Axel était encadré, chouchouté, choyé. « Je faisais partie du B’Twin U19 racing team, une structure qui regroupe quelques-uns des meilleurs cadets et juniors du pays, précise le coureur du POC. Nous avions des vélos, participions à des entraînements collectifs, des stages et étions conseillés sur la nutrition, la récupération… »

A sa sortie des juniors, Axel a donc dû dire adieu à ces privilèges et a cessé sa collaboration avec Nicolas Boisson, l’entraîneur de la structure. Didier Crochet s’est alors fait une joie de démarrer une nouvelle aventure avec un jeune coureur de 19 ans. « C’est un garçon sérieux qui a envie de progresser, relate Didier. Cette saison, il apprend, il découvre les courses Elites. Avec lui, il faut laisser du temps au temps. Il a du potentiel et je pense même que Thibaut Ferrasse n’était pas plus fort que lui à la sortie des Juniors… » Et quand on connaît la suite de la carrière du coureur de l’Armée de terre, Axel Audebrand a toutes les cartes en main pour réussir la sienne.

AXel A